Mes craintes présentes et à venir…

Soyons honnête, l’annonce d’une grossesse gémellaire ne peut pas laisser indifférent. Cette grossesse, je l’attends depuis 10 ans, ce bébé j’en rêve depuis tellement longtemps que ses traits devenaient flous et je me suis forcée d’arrêter d’imaginer et de matérialiser un enfant qui ne viendrait peut être jamais.

Lorsque j’ai compris que j’étais enceinte (après un test de grossesse négatif, un taux à 173 et un clearblue affichant « 2-3 semaines »), je n’ai pas été capable de réaliser tout de suite que j’allais avoir un bébé.

Lorsque, à l’issue de l’écho à l’hôpital, après un malaise au supermarché, le médecin m’a dit qu’il y avait deux bébés, je n’ai pas non plus intégré la nouvelle le jour même. Et puis le lendemain j’ai paniqué, pleuré même, et le surlendemain j’étais euphorique. Aujourd’hui, mes sentiments basculent régulièrement entre joie, inquiétudes, émotion, stress, impatience et déferlantes de questions.

Depuis vendredi dernier, je connais le sexe de mes bébés. Ce sont deux petits garçons qui ont bien voulu se nicher au creux de moi. Cette nouvelle m’a bousculée. Je sentais depuis le début que ce serait deux garçons mais mon entourage m’avait tellement dit qu’il y aurait un garçon/une fille que je m’étais faite à l’idée et qu’elle me plaisait beaucoup. Je savais aussi que si on m’annonçait que j’étais enceinte de deux garçons, j’allais ressentir une pointe de déception à l’idée de devoir faire une croix sur les petites robes, le rose, le liberty, les poupées, les couettes dans les cheveux, la relation d’une maman et de sa princesse, etc.

Aujourd’hui, je ne suis pas déçue (ce serait un comble) mais inquiète. Je suis inquiète parce que les traits si flous de ce(s) bébé(s) tant espéré(s) se matérialise(nt) réellement et que je commence à réaliser vraiment que je porte la vie, que deux petits bonhommes sont en train de grandir en moi, que j’ai déjà une responsabilité immense envers eux, que dans 5 mois ils seront là et qu’il faudra que je sois une maman douce, aimante, prévenante, attentionnée, organisée, généreuse, délicate, patiente, compréhensive, à l’écoute, que je mette la fatigue et les soucis de côté, le stress et les angoisses dans un tiroir pour que mes bébés soient heureux, épanouis, paisibles et qu’ils grandissent dans les meilleures conditions possibles.

Aujourd’hui, j’ai peur de tout un tas de choses :
– de la grossesse : même si tout va bien, à 16 SA+2, les bébés sont plutôt petits (plutôt taille de 15 SA) et l’échographiste m’a dit que le seul moyen pour qu’ils grandissent, c’était le repos. Pour moi qui suis plutôt du genre hyperactive, qui dort peu et profite des journées pour faire plein de choses, le repos n’est pas forcément inscrit sur le programme. Pour autant, je n’ai pas l’impression d’en faire trop depuis le début de la grossesse, disons plutôt que je n’ai pas changé ma manière de vivre et qu’il faudrait sans doute que je calme un peu le jeu.

Pour résumer, j’ai peur de ne pas être une « bonne » femme enceinte, de ne pas être capable de donner le nécessaire à ces bébés pour qu’ils grandissent convenablement, naissent en bonne santé et en pleine forme. J’ai peur de ne pas être à la hauteur pour eux.

Pour le moment, je vis une grossesse parfaite, j’ai été malade oui, j’ai fait 2/3 malaises c’est vrai mais tout va bien, eux comme moi. Aucune perte de sang, aucune inquiétude quant à leur croissance, leur évolution, leur activité cardiaque, la formation de chacun de leurs petits corps, j’ai la chance d’avoir deux bébés parfaits. Mais j’ai peur, peur que cela ne dure pas et qu’à la prochaine écho, on découvre un problème, un cœur qui ne bat plus, une malformation, une croissance trop lente, etc…

Peut être que c’est normal d’avoir ces inquiétudes, peut être que je suis juste une maman lambda et que mes craintes sont légitimes, voire même rassurantes. Peut être…

– de la naissance : de découvrir ces deux petits êtres minuscules qui seront mes enfants. Ils feront sans doute moins de 6 kg à eux deux et seront ma famille, les deux amours de ma vie, la prunelle de mes yeux. Quelle chance, quel chamboulement aussi, je vais avoir la responsabilité de deux crevettes minuscules, je vais faire connaissance avec ces bébés qui partageront le restant de mes jours, sur lesquels je devrais veiller jour et nuit, pour lesquels je mettrais un point d’honneur à faire tout ce qu’il est possible de faire pour faire d’eux des enfants puis des hommes heureux. Seront-ils en bonne santé ? A quoi vont-ils ressembler ? Vont-ils aimer la maman qu’ils vont faire de moi ? Ce moment sera inoubliable, je suis impatiente de le vivre et il m’angoisse tout autant.

– de leur toute petite enfance : les premiers jours/mois, mes garçons seront entourés de ma maman et de moi, deux femmes pour s’occuper d’eux à plein temps. Deux femmes déjà totalement émerveillées et accros de ces bébés en formation. Mais il n’y a que des filles dans la famille, ni ma mère ni moi n’avons eu l’occasion de nous occuper de petits garçons. Et si nous ne savions pas faire ? Et si on s’y prenait mal ?

– de leur enfance : les mêmes questions se posent, moi qui suis une femme et qui vais découvrir le monde des petits garçons, est-ce que je saurais comprendre, appréhender leurs envies, leurs besoins ? Est-ce que je saurais m’y prendre pour bien les conseiller, pour jouer avec eux, pour lire les bonnes histoires, inventer les bons mots, créer les bonnes recettes, être rigolote, sérieuse, autoritaire parfois ?

– de leur adolescence : comment se comporter en tant que femme, que maman avec deux garçons ? Est-ce que je saurais être suffisamment à leur écoute, de bons conseils, calme, attentionnée et bonne maman de deux ados qui feront sans doute chacun une tête de plus que moi ?

– de l’âge adulte : aurais-je réussi à faire de mes deux bébés, des hommes intelligents, bons, gentils, généreux, ouverts d’esprit, attentionnés, respectueux ? Aurais-je réussi à faire de mes bébés des hommes amoureux, de futurs maris aimants et pères formidables ?

– de la conciliation famille/travail : j’ai un poste à responsabilité, en juin prochain, alors que les lutins auront à peine 6 mois, je reprendrais le chemin du boulot, avec la nécessité de bien faire, d’assurer, d’être efficace et de mener parallèlement ma vie professionnelle, ma vie familiale et peut être ma vie de femme.

– de ne pas rencontrer l’homme qui partagera ma vie : j’ai fait le choix de faire un (deux) bébés avant de trouver l’homme qui en serait le père. Pour autant, je suis une femme qui a besoin de l’amour d’un homme, de partager sa vie avec quelqu’un pour donner de l’amour, en recevoir, rêver à deux, faire des projets d’avenir, voyager, profiter de soirées en amoureux, se balader main dans la main, etc. Je sais que mon choix de vie est particulier, qu’il ne facilite pas la rencontre que j’attends si fort, mais je l’espère tellement…

J’ai 33 ans, j’ai la chance inouïe, après un parcours PMA atypique, d’être enceinte de deux amours de bébés qui grandissent tranquillement au creux de mon ventre. Je suis heureuse, angoissée, impatiente, joyeuse, stressée, euphorique, je suis une femme qui savoure son bonheur en sachant que dorénavant tout est fragile et que la crainte qu’il arrive quoique ce soit à mes bébés sera présente au quotidien. Je sais aussi que cela sera irremplaçable et que rien ne pourra jamais me rendre plus heureuse…

Publicités

23 réflexions sur “Mes craintes présentes et à venir…

  1. Un plus Zéro égale Deux dit :

    Dis toi que malgré ton parcours atypique, tu te poses toutes les questions qu une maman en devenir se posera également. Tes angoisses, tes craintes, tes petits bonheurs font partis du cheminement pour devenir une bonne maman et tu le seras! (Je vais essayer d’appliquer ce que je te dis, aussi 😉)

    Aimé par 1 personne

    • nanou dit :

      Tu as sans doute raison et il faut meme sans doute, comme au debut du parcours, se poser un tas de questions pour reussir a faire son entree dans ce nouveau monde. Et j’imagine aussi combien, a l’approche du dday, tu dois avoir ton lot de questions et de petites et grandes angoisses !

      J'aime

  2. lea7729 dit :

    Si je peux te conseiller quelque chose avec ma petite expérience…c’est de voir au jour le jour, pour l’instant : ta grossesse, parce que si tes bébés naissent avant termes, s’ils naissent avec un petit pds ce sera des difficultés en plus. mes bb sont nés à 2kg5 et 2kg9 environ à 37sa+4jrs ce qui est très bien. J’ai pris 14 kg. Je te conseille d’aller voir une nutritioniste et de te reposer le plus possible. Moi je faisais des erreurs par exemple le soir je ne mangeais jamais de proteines et la nutritioniste m’a dit « vous ne leur donner rien à vos bébés » tous les midi et tous les soirs une proteines ! 🙂

    J'aime

    • nanou dit :

      Tu n’as pris que 14 kg ! Je veux faire la meme chose et avoir de beaux bebes comme toi a 37SA ! Effectivement, il faut sans doute aussi que je revois quelques principes de mon alimentation, j’essaie de faire attention mais ce n’est sans doute pas ideal. Merci pour tes conseils, je vais bien sur en tenir compte pour donner le meilleur a mes bebes

      J'aime

  3. Scrib dit :

    Tu te poses les bonnes questions et cela fait déjà de toi une bonne maman en puissance. Bon conseil que de vivre au jour le jour. ça suffira amplement les premières années 🙂 Hâte de te revoir et de parler de tout ça. Je t’embrasse bien fort ❤

    J'aime

    • nanou dit :

      J’espère que ces questions sont les bonnes et surtout que les réponses que je tenterais d’y apporter seront adaptées. Mais un joli « carpe diem » me semble en effet de mise dans l’immédiat ! Au moins autant hâte que toi. Des bisous à vous 2 ❤

      Aimé par 1 personne

  4. compoteen dit :

    Quelles sont légitimes tes questions!!! Tu es déjà une maman aimante et attentionnée, être maman se vie au quotidien avec ses petits 🙂 je ne m’inquiète pas de ça, nous ferons toutes des erreurs et apprendrons de ces dernières 😉
    Je vais te suivre avec grand plaisir!!!!

    J'aime

    • nanou dit :

      Coucou toi. J’espère en effet que mes questions (et craintes soyons honnête) sont légitimes et normales. Les erreurs nous les feront c’est évident, et nous apprendrons sans doute chaque jour à devenir maman. Merci d’être là ma belle 🙂

      J'aime

  5. marivalou dit :

    Ces questions sont plus que légitimes, de même que ta panique… Si ça peut te rassurer, pour un bebe et avec un compagnon, je me suis posée les mêmes questions, hormis la dernière 😉 la différence, c’est que tu vas vivre tout deux fois plus intensément. Y compris deux fois plus de bonheur.
    Et puis, si tu as des questions, tes amies MILK sont lâ 😉

    J'aime

    • nanou dit :

      C’est vrai que ça me rassure (beaucoup) de savoir que toi, et de nombreuses femmes dans des situations plus conventionnelles, se posent les mêmes questions et ont les mêmes angoisses. Il semblerait donc qu’on soit (presque) normales !! Heureusement que toi/vous êtes là, je suis tellement heureuse et touchée de vous retrouver ici ❤

      Aimé par 1 personne

  6. Florence dit :

    Bonjour, comme précédemment, je trouve tes questions normales. Pmette, maman de jumeaux fille/garçon, j’insisterai aussi sur le repos. Eh oui,les grossesses gémellaires sont particulières. A nous, de réajuster pour nos bébés ce qui est en notre pouvoir (sommeil, alimentation etc…), les reste, on n’a pas de baguette magique :-). Je n’ai eu aucune envie pendant ma grossesse sauf du boudin que je ne mangeais pas avant..lol..Prise de sang :anémie. Ton corps t’enverra peut-être des messages (laitages, légumes etc…) . As-tu fait le tri test déjà ? Sinon, comme j’habite la campagne ma poussette peg perego duette pop up est tout terrain et géniale mais à Paris… Courage, le choc gémellaire est courant 😉

    J'aime

    • nanou dit :

      Le choc gémellaire oui ! En fait, j’ai bien eu ce choc mais (je crois) qu’il est dorénavant passé, maintenant, il s’agit du choc double petits garçons ! Mais il fait son chemin aussi et je retrouve doucement le plaisir de ma grossesse. Effectivement, je me pose des questions, beaucoup, trop peut être, mais j’ai l’impression (que confirment nombreuses d’entre nous) que c’est presque normal…
      Quant au repos, je vais en effet faire le nécessaire pour, ce n’est pas dans mes habitudes, je vais devoir me forcer ! Côté envie, je ne pense pas que le boudin sera au menu (à part du poulet, je ne suis pas très viande !) J’ai des messages pour le chocolat mais suis pas certaine que ce soit mon corps qui parle :-))
      Ta poussette a l’air pas mal du tout mais en effet à Paris, pas idéal..

      J'aime

  7. Florence dit :

    Ah oui, le poids de la poussette est aussi essentiel et les enfants grossissent vite ;-). Je te suggère le site belge babylux, top et leur boutique pas trop loin de la frontière (moi, j’habite le nord mais tu peux du coup faire les magasins d’usines du coin, le vert baudet, l’Usine à Roubaix, Kreabel pour les meubles à tourcoing, ils ont un site etc…). Il faut penser à ménager ton dos. Quant à l’alimentation je crois que les protéines sont importantes.

    J'aime

    • nanou dit :

      Effectivement, le poids est important et c’est pour ça que ces 3 là me semblaient pas mal du tout. Je note pour Babylux, ça fait un peu plus loin du coup pour moi mais ça peut valoir le coup oui. J’avoue que je pense aussi acheter des trucs d’occas, mes moyens de me permettront pas de tout acheter neuf. Quant aux protéines, je suis sur le coup !

      J'aime

  8. bellavole dit :

    Coucou !
    On ne se connait pas encore vraiment mais j’ai suivi avec émotion ton précédent blog, et j’ai très envie de suivre celui-ci 🙂
    C’est fou comme je retrouve dans tes questions celles que je me suis posées ou que je me pose encore :
    – Pour mon 1er bébé, une petite fille, j’avais été un peu « déçue » lorsque j’ai su le sexe. Non pas que ça avait une grande importance pour moi, mais j’avais l’impression qu’on m’enlevait 50% de mon rêve… Ca devenait la réalité. Et quand elle est née, ça n’aurait pas pu être autrement qu’elle.
    – Pour mon 2e bébé, un petit garçon, j’étais super flippée de ne pas savoir m’occuper d’un petit gars. Le truc qui m’angoissait un max c’était les soins à apporter au pénis… (et finalement jusqu’ici je te rassure, tout va bien !).
    – Pour les jeux de garçon, comme j’ai été fière le jour où j’ai demandé à mon petit bonhomme de 4 ans qui lui avait appris à jouer au foot et qu’il m’a répondu « Toi ! » (je pensais plus au fils de la nounou à la base, et bien non c’était sa Môman !)
    – Pour l’adolescence et l’âge adulte, je n’ai pas encore de réponse mais j’ai bien toutes ces angoisses… Je rajouterai celle d’arriver à m’entendre avec mes belles-filles… Il me semble qu’un gendre ça doit être moins compliqué.
    – Pour le fait de rencontrer quelqu’un… Je me suis séparée j’avais mes 2 loulous, et très peur d’être jugée comme un « boulet » par les hommes, et 4 mois plus tard j’ai rencontré mon mari 🙂
    Comme les précédents commentaires je te dirais que tes angoisses montrent simplement que tu es vraiment en train de devenir une Maman 🙂
    Je te souhaite tout le bonheur du monde avec tes petits !

    J'aime

    • nanou dit :

      Merci beaucoup, tu ne peux pas savoir à quel point ton message me fait plaisir !!!
      Je crois que ce qui m’a vraiment « déçu » (mais le terme est malvenu tellement je suis heureuse de mes deux lutins) c’est le côté fringues : petites robes, rose, liberty, etc. Je suis une « vraie » fille et j’aime beaucoup les trucs de filles (sauf le vernis et les trucs trop superficiels). Du coup, quand j’ai réalisé, j’ai eu peur d’être trop éloigné du monde masculin des petits garçons, de ne pas savoir faire et de ne même pas avoir les mots, bref, d’être une maman de filles, pas de garçons… Je constate qu’on n’est surtout pas maman avant d’avoir des enfants et que tout s’apprend et se découvre, et c’est tant mieux. J’adore la réponse de ton fils, j’imagine ta fierté et ton bonheur… Les belles filles, les éventuelles grossesses etc je pense en effet que ça doit être un peu difficile, mais tu auras ta fille 🙂 Quant au fait de rencontrer un homme, quel bonheur pour toi !! Je suis fan de cette happy end :-))

      J'aime

  9. Florence dit :

    Bien d’accord avec toi, j’ai acheté aussi de l’occasion en vêtements. En plus, quand tu changes ton fiston 3 fois/jour, les bodies de marque à 30 cts c’est parfait !

    J'aime

  10. Augmar dit :

    Hello
    Ici aussi, comme toi, je me suis posée beaucoup de questions, et j’ai eu beaucoup d’angoisses sur la grossesse gémellaire, les premiers mois avec des jumeaux… et tout s’est bien passé. J’ai mangé tout ce que je voulais, mais seulement ce que je voulais (bon sauf les trucs interdits évidemment), et j’ai pris 18kgs en 8mois et demi de grossesse, pour deux beaux bébés de 2.8 et3.3kg nés à 38+3. En rentrant de la maternité, une semaine pile après la naissance j’avais tout perdu (j’ai ensuite repris des kilos pendant mon congé mater mais ça c’est une autre histoire).
    Donc comme on te l’a dit plus haut: pense au jour le jour, n’anticipe pas trop sur des difficultés qui n’existe pas encore et qui n’existeront peut être jamais!
    Sur le sexe des enfants, moi aussi je « craignais » un peu le doublé de petits garçons, parce que je suis issue d’une famille de filles, que je suis très fille aussi, et j’avais peur de ne pas savoir faire. Finalement j’ai eu un doublé mixte, et j’étais ravie. Mais aujourd’hui, quand je vois mon fils et ma fille, je réalise à quel point j’aurais été tout aussi à l’aise avec deux filles ou deux garçons. En revanche, comme toi, pour mon fils je me suis posée la question de l’entourage: deux mamans et une soeur jumelle, il est un peu le seul garçon à la maison. Honnêtement, j’espère qu’on aura la chance de lui faire un petit frère pour varier un peu cet entourage féminin, mais pour l’instant, ils ont 14mois, et ça n’a pas l’air de poser plus de problèmes que cela. Mon fils et ma fille voient régulièrement leurs grand pères, leurs oncles, nos copains et tout se passe très bien!

    J'aime

    • nanou dit :

      J’adore tout ce que tu écris !!
      Bien sûr j’ai des angoisses, des craintes, des appréhensions et des doutes sur ma capacité de bien-faire et de réussir à mener cette grossesse à terme pour faire de beaux bébés en pleine santé et être suffisamment en forme pour ne pas être une otarie échouée dès le 6ème mois 😉
      18 kilos et d’aussi beaux bébés ce serait le rêve. Je sais que ça peut être bien moins, la grossesse bien plus compliquée et j’essaie vraiment de ne pas me stresser et de vivre au jour le jour pour en profiter et ne pas me laisser envahir par des pensées stressantes. D’autant que comme tu le dis si justement, peut être que rien de ce que j’imagine n’arrivera et sans doute que ce qui arrivera je n’y aurais même pas songé ! Je m’habitue chaque jour un peu plus à l’idée de devenir maman de deux petits garçons mais aussi de jumeaux. Je pense justement au fait qu’ils seront là tous les deux l’un pour et avec l’autre, avec une histoire atypique mais tellement bien entourés. J’ai la chance incroyable d’avoir une famille et des amis proches et extraordinaires, ces bébés seront accueillis dans la douceur et avec beaucoup d’affection. Ils auront également des hommes dans leur entourage et j’espère que la vie quotidienne que je serais en mesure de leur offrir sera épanouissante et leur permettra d’être heureux, tout simplement. Merci infiniment pour ton message, c’est un plaisir de te lire et de faire ta connaissance à travers ton blog et votre histoire. A très vite !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s