Grossesse gémellaire – Entre bonheur décuplé & appréhensions

Voilà, le titre résume bien les sentiments que je ressens depuis qu’on m’a annoncé que deux petits êtres m’avaient fait l’honneur de s’installer au creux de mon ventre.

Le jour de l’annonce (après un malaise aux caisses du supermarché et un trajet avec les pompiers jusqu’aux urgences mater les plus proches), c’est ma mère qui était à la limite de la défaillance technique, en mode catastrophiée et flippée puissance 1000. Moi, avec le recul, je me rends compte que ce jour là, je n’ai pas vraiment réalisé, ou plutôt, j’ai compris mais pas pris la mesure des choses. J’ai passé la soirée avec des amis, heureuse et fière de leur annoncer la nouvelle, pas stressée pour un sou et un peu inconsciente de ce que tout cela engendrait.

Le lendemain, je me suis réveillée en panique totale. J’ai passé la journée à pleurer, à me dire que c’était de la folie, que je ne pouvais pas garder deux bébés toute seule, que je ne serais jamais capable de m’en occuper correctement, physiquement, financièrement, que je ne pourrais pas leur apporter tout ce dont ils auraient besoin.

(Désolée si je choque avec ce que je vais écrire maintenant). J’ai pensé réduction embryonnaire, cherché sur internet si c’était possible, si cela était faisable pour deux embryons, j’ai pensé à interrompre ma grossesse (oui, après tout ce chemin, j’ai pensé à ça, quelques minutes seulement mais j’y ai pensé). J’ai totalement perdu pied, j’ai eu une peur panique et brutale de ce qui pouvait se passer, de ce que cette grossesse allait engendrer, de ce que ces deux bébés représentaient/teraient dans ma vie.

Ma mère a débarqué l’après-midi même, sentant bien que je n’étais pas en état de rester seule. On a parlé, beaucoup, comme toujours, (je ne pourrais jamais le dire assez, ma mère est une femme exceptionnelle), elle m’a écouté, j’ai pleuré dans ses bras, elle m’a rassuré, cajolé, on a ri et on a fini par une balade sous les 1ers rayons de soleil d’avril. J’allais mieux, j’étais apaisée, comme débarrassée d’une torpeur envahissante.

Le lendemain matin, j’avais toujours des craintes bien sûr, mais il n’était plus question de ne pas garder ces deux petits cœurs qui battaient, de me séparer de ces petits être en devenir que j’avais eu tant de mal à concevoir et qui allaient m’apporter tellement de bonheur.

Depuis, je vis une grossesse idyllique, à 30 SA, je ne suis pas du tout fatiguée, je ne souffre d’aucun mal (envolés la hernie et les petits bobos de côtes du début de grossesse), je n’ai pris que 5,5 kilos par rapport à mon poids de forme et je profite depuis une semaine de mon congé maternité.

Alors non, je ne suis pas sur un petit nuage H24 et je ne vis pas dans un monde de bisounours avec un arc en ciel sur le ventre. J’ai de grands moments d’angoisse, liés à des problèmes matériels notamment mais aussi de craintes par rapport à tout ce que les semaines, mois et années à venir me/nous réservent. Je vais être maman solo de jumeaux, deux petits bonhommes vont faire partie de ma vie au quotidien et seront mes plus grands bonheurs. Mais mes bébés vont aussi être une mine de stress, d’angoisses, de craintes, de peurs, de questions, de doutes, de nuits sans sommeil, etc, etc.

Cette grossesse je la vis comme le plus beau cadeau de toute ma vie, je me suis battue pour la vivre, je l’attends depuis plus de 10 ans, je suis heureuse, épanouie, toujours surprise et éblouie de voir mon ventre rond, de le caresser, de sentir mes amours gigoter, de les savoir là, de les imaginer, de leur laisser le temps de grandir. Je réalise chaque jour la chance immense que j’ai et j’ai peur aussi. Cette peur que tout ne soit pas assez bien pour eux, que je ne sois pas une bonne mère, que je ne puisse pas être leur maman et leur papa à la fois, que je n’ai pas assez de bras, de bisous, de moyens, de ressources, que tout soit plus (trop) compliqué, que tout simplement je ne sois pas digne d’eux, pas à la hauteur.

J’ai déjà tellement d’amour pour ces deux petits êtres que le simple fait de penser les tenir dans mes bras me chamboule et me submerge de bonheur, les imaginer souffrir me paraît insoutenable, penser qu’il puisse leur arriver quoique ce soit me panique totalement.

Je suppose que tout cela est normal et fait partie du chemin d’une grossesse gémellaire, d’une grossesse tout court sans doute même. Ce trop plein d’émotions, d’amour, de joie, de bonheur, de découverte, d’extase, de craintes, de peurs, d’appréhensions, et de toutes sortes de sentiments plus forts les uns que les autres est totalement nouveau et surprenant.

C’est donc tout ça l’apprentissage de la vie de (future) maman ?

(…)

Publicités

50 réflexions sur “Grossesse gémellaire – Entre bonheur décuplé & appréhensions

  1. eofdcjuf dit :

    Je crois que ce que tu ressens est tout à fait normal, je l’ai vécu, alors que je ne suis pas seule et que je n’en avais qu’un!
    Ces mêmes questions reviendront ensuite, et tant mieux j’imagine, ça nous permet de toujours tenter de nous améliorer 🙂 Ensuite, avoir des enfants c’est un bonheur immense, mais c’est aussi très dur, il y a des moments oú on perd les pédales. Mais promis juré le bonheur est toujours bien plus fort. Je suis assez peu soutenue dans ma maternité (conjoint ou famille) mais si j’ai un conseil à te donner, c’est d’accepter les bras qui te proposeront de l’aide!
    Ce sera dur c’est évident, mais ce sera surtout vraiment génial. Et les enfants ils n’ont besoin que d’amour (et éventuellement de biberons hein!), ce que tu as l’air tout à fait prête à leur donner puissance mille 🙂
    Bonne soirée.
    Bises

    J'aime

    • Nanou dit :

      Beaucoup de questions et de doutes, mais je sais en effet que ce n’est que le début d’une longue série. En effet, c’est sans doute normal et sain de se poser toutes ces questions, et je suis aussi persuadée qu’il y aura des moments où je perdrai pied. Comme tu dis, j’espère juste que cet amour plus fort que tout prendra toujours le dessus…

      Aimé par 1 personne

  2. Le Rire des Anges dit :

    Félicitations! Sacré parcours… Ce que c’est légitime d’être angoissée, d’avoir peur de ne pas être à l hauteur! C’est le lot de toutes les futures mamans! Et quel challenge de s’occuper et de bercer deux enfants en même temps!!

    J'aime

  3. damannerainbow dit :

    Pour une grossesse avec un seul bébé on ressent toutes ces émotions alors j’imagine que tout est décuplé quand ils sont deux 🙂
    Bien entendu que tu vas y arriver, ça ne sera pas simple tous les jours, tu vas pleurer parfois, certains jours tu vas être fatiguée mais tu vas carburer au bonheur. Et puis ces deux petits bonhommes vont vite apprendre que leur maman est là pour eux, et progressivement tu les comprendras et ça sera de plus en plus facile 😊

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      Je crois qu’un tas de choses va être décuplé en effet 🙂
      C’est beau ce que tu dis, carburer au bonheur, ça me va bien !
      En effet, on va apprendre à se connaître tous les 3, à se découvrir, etc
      La vie de famille commence…

      J'aime

  4. alrolive dit :

    Hello
    Tes craintes sont tout à fait légitime mais tu verras une fois les bouilles d’amour dans tes bras, que du bonheur 😉

    Ma grossesse gémellaire à surtout fait peur à mon entourage, nous on était serein lol ;-))))
    Pleins de bisous

    J'aime

    • Nanou dit :

      J’ai encore du mal à réaliser que je vais avoir deux bébés dans les bras dans 2 mois. C’est tellement incroyable.
      Vous avez bien de la chance d’être restés sereins !!

      J'aime

      • alrolive dit :

        C’est d’ailleurs étonnant lol, est ce que c’était de la sérénité ou de l’inconscience ;-))) je ne sais pas….
        En tout cas, tu verras c’est un double bonheur. Je kiffe grave d’être mère de twin;-))))) des areuh à 4h de mat en alternance ça n’a pas de prix ;-)))))
        Plein de bises

        J'aime

      • Nanou dit :

        Excellente question !
        Double bonheur…
        Je crois que les gens qui parlent le mieux des jumeaux sont leurs parents, pas tous ceux qui croient savoir et disent n’importe quoi !!

        J'aime

  5. marieandpma dit :

    Mais tu sais, même quand on est en couple et qu’on attend qu’un enfant, puis qu’on l’élève, on se pose toutes ces questions, et l’appréhension, la peur même de ne pas savoir faire, est présente.
    Alors évidemment, pour une maman solo qui attend des jumeaux, c’est plus que légitime de ta part ! Et c’est bien la preuve que tu seras une maman formidable, car tu as conscience que ce sera dur mais que ce sera beaucoup de bonheur en même temps !

    J'aime

    • Nanou dit :

      🙂 Merci…
      Je crois que c’est peut être justement parce qu’une maman en couple avec un seul bébé peut parfois paniquer et se poser toutes ces questions que je panique 2 fois plus 🙂
      Ce qui est sur c’est que ce sera difficile, mais aussi que ce sera énormément de bonheur !

      J'aime

      • bellavole dit :

        Quand ma 1ere puce était tout petit bébé, je me souviens avoir dit à la femme d’un collègue qui avait 3 petits que je savais pas comment elle faisait car moi avec un seul j’étais au taquet. Après un instant d’hésitation elle m’a répondu « Ah mais moi aussi je crois que j’étais au taquet quand j’en avais qu’un seul ». Depuis j’ai moi aussi 3 enfants et je comprends bien ce qu’elle a voulu dire (et je ne comprends plus du tout comment j’ai pu être au taquet avec UN SEUL bébé !)
        Je crois que dans toutes les situations une Maman donne tout ce qu’elle a. Alors bien sûr avec 2 nourrissons tu auras certainement plus de fatigue, mais pas forcément plus de difficultés ou d’angoisses qu’une Maman d’un seul.
        Et le fait d’être solo n’a pas que des inconvénients : comme pour le choix des prénoms u n’auras pas en permanence à composer avec une vision éducative forcément différente de la tienne !
        S’il n’y avait qu’un conseil à te donner, j’imagine que travailler à fond sur le lâcher prise pourrait être la bonne solution 🙂 Comme dit avant moi tes bébés n’auront besoin que d’amour et de biberons, le reste n’est pas indispensable !

        Sinon, je confirme c’est bien ça devenir Maman 🙂

        J'aime

      • Nanou dit :

        Oui c’est dingue, ce n’est pas la 1ère fois que j’entends qqn qui se disait débordé par 1 bébé et qui avec 3 se demande bien comment elle pouvait l’être « pour si peu ». Bon après, ça dépend aussi sans doute beaucoup des bébés/enfants, du caractère de chacun etc.
        Pour l’éducation en effet, j’y ai déjà pensé, bon j’espère aussi rencontrer qqn pour partager ça. Le lâcher prise, ce sera une bonne chose de travailler là-dessus car même pour moi, le boulot etc ça ne pourra pas me faire de mal !

        J'aime

  6. Isa dit :

    Je me retrouve complètement dans ton témoignage. Je passe par les mêmes émotions, craintes, doute que toi. Moi aussi, je vais être maman seule de jumeaux (c’est ma première grossesse à 33 ans, je suis à ma fin de la 28 sa ). Heureusement, j’ai une famille et des amis extraordinaires avec qui je peux évacuer et je suis très bien suivie au CHU! Je suis certaine que nous trouverons une organisation adaptée pour concilier notre vie professionnelle et personnelle même si cela va être parfois très dur. Mais lorsque je sens mes petits loulous bouger dans mon ventre, quel bonheur! la décision a été compliquée à prendre mais je n’ai aucun regret et j’ai hâte de pouvoir tenir dans mes bras mes ptis bonhommes!
    Merci pour ton témoignage en tout cas car je me dis que je ne suis pas la seule dans cette situation.

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      Je dirais même plus que nous sommes très exactement dans la même situation à 2 semaines d’écart ! C’est drôle.
      Tu es dans quel coin ? Tu as fait une iad aussi ?
      Tout comme toi, j’ai la chance d’être super bien entourée et suivie. Les gens sont d’une gentillesse incroyable et avoir des amis et une famille extra, ça change tout !

      J'aime

      • Isa dit :

        Oui c’est vraiment drôle. Je vis à Nantes. Pour moi pas d’IAD mais une grossesse inattendue et mon ami qui est malheureusement parti dès le début. Il a eu peur de la grossesse gémellaire et n’était pas prêt.
        La décision de garder ou non ces bébés n’a pas été simple mais au vu de mes antécédents médicaux, ma situation professionnelle stable et mon incapacité à avoir recours à l’IVG du fait de mon désir d’être maman, j’ai décidé de vivre cette grossesse et faire au mieux pour mes bébés même si ce n’est pas du tout le contexte que je souhaitais pour ma première grossesse. Pour le moment, j’ai la forme et j’arrive encore à faire quelques resto, théatres et sorties avec mes copines. J’en profite car je vais avoir après plusieurs années très occupées! Je te souhaite une bonne fin de grossesse et ce serait sympa que nous nous donnions des nouvelles de temps en temps!

        J'aime

      • Nanou dit :

        J’adore Nantes ! (j’ai même récemment envoyé cv et lm pour changer de vie). Ton ami ne prend plus aucune nouvelle depuis 28 semaines ?
        Je crois que nous sommes en effet bien dans la même situation alors ! C’est chouette, on va pouvoir papoter et se conseiller l’une l’autre 🙂
        Bien sûr qu’il faut qu’on se donne des nouvelles. Je crois que je t’avais donné mon mail : nanoublogueuse@yahoo.fr
        J’imagine que la décision de garder ces bébés a du être difficile, et que tu as du vivre des moments douloureux et de doute, et je crois aussi que j’aurais fait la même chose. Tu connais le sexe des bébés ?

        J'aime

  7. machouquette dit :

    Pour avoir vécu les deux types de grossesses, je confirme qu’on ressent les mêmes angoisses. Avec quand même un peu plus de craintes pour une grossesse double, il faut bien le reconnaître.
    Tu y arriveras, tu feras de ton mieux. Je crois que toutes les mamans de jumeaux font un peu ce qu’elles peuvent. C’est du boulot, de l’angoisse, de la fatigue mais c’est tellement bon d’avoir des bisous, des calins, des sourires…
    Courage pour la fin de grossesse, repose toi surtout.
    Bises

    J'aime

    • Nanou dit :

      Ah oui c’est intéressant d’avoir les 2 visions:-) J’imagine bien que les craintes d’une grossesse « coup double » sont un peu plus importantes malgré tout…
      Merci pour ces bons mots, ça fait un bien fou d’imaginer tout ça :-))

      Aimé par 1 personne

  8. marivalou dit :

    J’ai envie de dire : niveau matériel, t’angoisse pas. On me disait souvent que bébé n’avait besoin que de calins et de biberons, au début, et je me disais « ouais, c’est ça, mais je serai plus sereine avec plus de matos et plus de fric ». En réalité, ces personnes avaient raison. Tu t’en branle (désolée) de l’appart, du matos que tu as ou pas, l’essentiel c’est que tu les aimes et les nourrissent.
    Quant à la difficulté d’être seule, j’ai envie de te dire que dans certains couples, l’homme n’est pas du tout investi alors bon, mieux vaut être parent solo et bien entouré, au moins ponctuellement que parents à deux en théorie, mais en pratique tout seul.
    Enfin, sur le fait d’être seule ET avec des jumeaux, comme dit précédemment, je ne suis pas sure que ça te demande plus d’énergie… ou en tout cas, tu t’adapteras forcément. Il me paraissait impensable de vivre plus de 3 mois sans une vraie nuit, et pourtant… Tu verras, tu te surpasseras. Cependant, n’hésite pas à demander de l’aide à ta maman effectivement. Ne serait-ce que pour avoir une paire de bras en plus.
    Je lis toujours avec grand plaisir tes mails (tu m’en envoies quand tu veux, j’adore), en revanche, je réponds de moins en moins, car mon temps est compté, malheureusement 😦 des bisous.

    J'aime

    • Nanou dit :

      Avec la limite de l’acceptable je peux effectivement m’en « branler » 😉 du matériel mais je t’assure que c’est un p.. de stress… En revanche, les aimer et les nourrir, ça il ne devrait y avoir aucun problème.
      J’imagine en effet qu’on ne peut pas imaginer a priori ce dont on est capable pour son/ses enfant(s) et que je saurai me dépasser, comme vous toutes. Figure toi que depuis mon congé mat, j’ai l’impression de ne pas avoir de temps non plus, et je n’en trouve pas assez pour répondre moi non plus ! Mais oui je t’écris très vite (et moi j’attends tes textos ;-))

      J'aime

  9. ptbichon dit :

    Loin d’être choquée par ton article je le trouve normal et « rassurant ». Ces questions que tu te posent, cette journée où tu envisage 1000 scenarii me font dire que tu seras une bonne maman.
    Une de celle qui sera présente et attentive avec ces loulous et qui saura leur donner beaucoup d’amour et ça c’est la base de ce qui leur faut.

    Gros bisous

    J'aime

    • Nanou dit :

      Merci ma belle. J’espère que le fait de se poser toutes ces questions est « bon » signe et pas que je vais totalement paniquer. Et que je vais bien être capable de leur apporter le nécessaire à leur bonheur…

      Aimé par 1 personne

      • ptbichon dit :

        Je pense que te les poser avant est justement ce qui t’aidera à ne pas paniquer sur le moment. Ça te « prépare ». Depuis quelques années il y a beaucoup de superflu autour de la naissance, le nécessaire je ne doute pas que tu l’ai. Nourriture, amour et un endroit où dormir en sécurité c’est une très bonne base.

        J'aime

      • Nanou dit :

        😊 En fait, je crois que ce qui m’inquiete le plus c’est d’abord de ne pas avoir assez de bras (genre pour transporter les lits parapluie, couches, bib, doudous etc etc) et ne pas avoir assez de temps pour chacun de ces deux bebes d’amour

        Aimé par 1 personne

      • alrolive dit :

        Coucou
        La puériculture est un véritable business….
        Moi j’ai pris des tentes popup au lieu de liy parapluie, cosatto au lieu de tank, siège auto rotatif.

        Tu gèreraS super bien et puis tu es très bien entourée 😉

        J'aime

      • Nanou dit :

        Des tentes popup !? Mais qu’est ce que c’est !!? Comme les Quechua ?
        J’ai la chance d’être bien entourée, c’est certain, de là à dire que je gèrerai super bien, à voir…

        J'aime

      • ptbichon dit :

        Tu sais certes mes parents étaient 2 mais quand les jumelles sont nées j’avais 3 ans et ma sœur 2. Ça en fait des demandes et bien on a jamais eu la sensation de manquer de rien. Bien sûr que ça sera différent du « 1 pour 1 » mais ça n’en sera pas moins bien.

        J'aime

      • Nanou dit :

        J’espère que ça n’en sera pas moins bien et surtout qu’ils ne manqueront de rien, ni matériellement, ni affectivement. C’est sans doute difficile de donner de l’amour et du temps à deux enfants du même âge, même si on les aime plus que tout..

        J'aime

  10. Florence dit :

    Bon alors moi je vais commenter la bombe que tu as lancée doucement avec la réduction embryonnaire. Le choc gémellaire est une réalité a fortiori pour une maman solo. Pour être franche attendre des jumeaux m’a stressée dès la 1e écho car toutes les grossesses gémellaires de ma famille (grand-mere, cousine etc…) s’ étaient mal finies. Désolée, je ne veux pas te stresser, hein 😉 ! C’est juste que c’est pas toujours simple à admettre. Avec le recul (les miens ont 22 mois), je me dis que 3 ce serait ingerable (pour moi, je précise). Donc je te comprends ☺. Tu sais que ce sera dur mais au moins tu as un bon entourage. Quelle chance !

    J'aime

    • Nanou dit :

      Ca c’est clair que c’est une réalité difficile à admettre pour plusieurs raisons, notamment la grossesse « à risque » mais aussi le côté « tout en double ». Pour moi, 3 c’est ingérable aussi (seule j’entends) mais les parents de triplés existent et s’en sortent alors on est sûrement capables de choses dont on se sentait totalement incapables avant. Je ferai un bilan dans quelques mois/années…

      J'aime

  11. Maman Noob dit :

    J’ai adoré ton billet ma belle.
    Tu vas gérer comme une pro et tu verras, tu seras bien entourée.
    Une fois qu’on est maman, on se rend compte qu’on peut faire des choses dont on ne se serait jamais senties capables auparavant ! 🙂

    J'aime

  12. Juju dit :

    Tu vas y arriver c’est certain 🙂 Moi je ne me pensais pas capable d’y arriver sans famille et un homme énormément absent et j’y suis arrivée ! et pourtant je suis la reine de l’anxiété et du stress et de la « non » patience… Avec le recul (ils ont 16 mois) je me demande comment j’ai tenu le coup pour les nuits et la logistique et finalement tout vient naturellement. Tu devine ce qui est bon pour eux (je te confirme quand même que les premières semaines j’ai appelé toutes mes amies copine au moins une fois) et tu te découvres des ressources inimaginables !

    J'aime

    • Nanou dit :

      Je n’aurais pas trop le choix de toutes façons ! Tu n’étais pas patiente et tu l’es devenue ? J’avoue que c’est une de mes inquiétudes, quand je vois mes copines avec leurs enfants, je me dis que je n’aurais pas leur patience (et que ce ne sont pas mes enfants…)
      Le fait de découvrir en soi des ressources inestimables ne m’étonne pas, j’espère que je les ai aussi…
      Je serai avec ma mère déjà, je crois que ça me rassure plus qu’un homme (!) et je pense aussi faire appel à mes copines déjà mamans régulièrement !
      Merci beaucoup en tous cas…

      J'aime

  13. Juju dit :

    ha oui et je te confirme que tout prend bien deux fois plus de temps… pour les changer, les préparer, mettre les manteaux, les nourrir…il faut juste le savoir, anticiper un maximum et surtout ne pas s’énerver. Ca prendra le temps qu’il faudra mais ça sert à rien de stresser sauf à faire pleurer tout le monde (toi y compris hein!)

    J'aime

    • Nanou dit :

      Donc réveil le matin deux fois plus tôt (!!) Je suppose du coup que quand ils grandissent, on doit être soulagée lorsqu’ils s’habillent seuls, mangent seuls, ne mettent plus de couches etc mais ils seront déjà si graaaaaaaands !!

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s