Dday, l’opération d’un petit koala

Le rendez vous a l’hôpital est fixé à 11h50. L’infirmière au téléphone me reprécise qu’il faut donner une douche à la bétadine la veille et le matin de l’opération. Elle me dit aussi que mon bébé ne doit plus manger 6 heures avant le rdv, soit 5h30 du matin. Elle me fait tout répéter, comme si j’étais neuneu, tout en me disant qu’elle fait comme ça avec tout le monde, pour être bien certaine que les parents ont compris. Elle est a la limite du désagréable.

J’imagine déjà avec anxiété le réveil a 5h30 pour faire boire son biberon a mon petit koala et appréhende le rendormissement (ou pas) après et la matinée qui va sembler tres longue à mon petit gourmand/gourmet.

21h30, je m’effondre de fatigue après la micro nuit de la veille, non sans avoir pleuré chaudement au téléphone, laissant retomber le stress et l’angoisse du lendemain.

Je me réveille a 23h15, 4h, 4h45 et mon petit koala a 2h. Le réveil sonne à 5h30. Le biberon est prêt, je prends mon tout petit complément endormi et l’installe tout contre moi. Il cale son bras sur mon épaule et tête  doucement son biberon, goulûment, les yeux mi-clos. Je me remémore les premiers mois, les réveils nocturnes,  les biberons toutes les 4 heures. Je savoure, comme un doux souvenir déjà trop loin.

6h30, mon petit chat se réveille, je le ramène auprès de moi et nous finissons notre nuit tous les deux, jusqu’à 7h10.

La matinée nous a permis de passer du temps à jouer, à nous câliner, avec malgré tout quelques pleurs durant le change, avec la fatigue et l’envie d’un petit dej sans doute. La ** de voisine a même jugé bon, elle qui hurle continuellement, de jour comme de nuit, de taper contre les conduits de radiateurs (mais qu’est ce que c’est que ces façons de vivre !?) et de hurler qu’il faut cesser ce boucan (elle dormait la pauvre femme ne travaille pas).

9 heures, petit bain à la bétadine. On joue comme si de rien était.

9h20, petit koala est au lit avec son doudou tout propre et encore un peu humide, prêt pour aller à l’hôpital lui aussi.

L’infirmière me rappelle en me proposant de venir plus tôt, 11h30 (j’apprendrai plus tard que l’opération est sensée avoir lieu 2 heures après soit 13h50 !)

11h20, nous voici à l’hôpital après avoir fait le trajet d’une demie heure à pied/poussette. Il fait doux, le soleil est même au rendez vous.

L’aide soignante récupère tous les papiers nécessaires à l’intervention et les petits bracelets identifiants sont accrochés au poignet et à la cheville de mon koala, à sa tétine, a doudou et même à la poussette.

A peine arrivés dans la salle d’attente, alors que je m’apprêtais à sortir mon bebe de sa poussette, une infirmière me demande de la suivre, m’indiquant qu’elle va s’occuper de la poussette. Elle nous installe dans un petit box ou je dois déshabiller mon koala, lui changer sa couche, lui mettre une mini blouse et des petits chaussons antidérapants, mettre une blouse moi aussi et me laver les mains.

Nous rejoignons ensuite le pré bloc, il est 11h50. Je ne m’attendais pas à ce que tout aille si vite. Le personnel est adorable, je nous sens cocooné, comme si nous étions les seuls dans cet hôpital. Deux petites mamies (les blouses roses) proposent plus de jouets que nécessaire à mon bébé qui ne sait plus ou donner de la tête et danse, fier de voir l’effet charmeur qu’il a sur les deux mamies. Mes yeux s’embuent, fière de mon petit bonhomme et anxieuse des moments à venir.

Une équipe complète débarque dans la petite pièce, anesthésiste et infirmière me posent plusieurs fois les mêmes questions (nom, prénom, âge, opération) et mon bébé se retrouve dans des bras inconnus, agrippant mon regard de toutes ces petites forces. Ils sortent de la salle a midi, alors que la sirène du 1er février se met à hurler. Mon bébé pleure, je ne tarde pas à en faire autant.

L’heure suivante me semble interminable. L’opération ne doit durer que 20 minutes.

12h40, je commence à avoir peur,

12h45, je me lève et déambule dans un micro couloir,

13 heures, toujours rien, je suis hyper stressée, incapable de me concentrer sur mon bouquin (même pas ouvert). Heureusement mes copines sont là (Big up <3)

13h10, je traîne aux abords du prébloc et alpague une infirmière. J’entends mon bébé pleurer, je sais que c’est lui. Elle me dit qu’on va venir me chercher. Je ne tiens plus en place, il est sorti, réveillé, il pleure et je ne suis pas avec lui. J’attends encore 10 minutes, sans pouvoir faire quoique ce soit.

13h20, on m’amène auprès de mon tout petit qui pleure et semble complètement perdu. Je le prends dans mes bras, auxquels il se cramponne fermement. Il s’arrête de pleurer à mon contact, je lui donne sa tétine et son doudou puis il redevient poupée de chiffon. Mon bébé est sonné, ko, j’ai l’impression qu’il n’est pas « bien » non plus.

L’anesthésiste confirme mon impression quelques secondes plus tard. Même si l’opération s’est « techniquement » bien passée, mon bébé a un peu semé la zizanie au bloc en inquiétant tout le monde par des petits soucis respiratoires (je n’entre pas dans les détails, ne suis pas du tout au fait des spécificités médicales et retranscris comme on me l’a expliqué).

Confortablement installé dans mes bras, mon petit koala semble souffrir, ses petits yeux se plissent et il gémit doucement, cherchant à la fois à se recroqueviller et se lover encore plus sur moi. Scopé de partout, la machine à côté de moi sonne l’alerte à plusieurs reprises, la saturation chute et la mise en place du masque d’oxygène (dont il ne voudra jamais) est nécessaire. A défaut d’accepter le masque, on place l’oxygène sous son nez, au plus proche pour l’aider à bien respirer.

15 heures, malgré les minutes qui s’écoulent, les désaturations restent trop fréquentes. Même si l’infirmier me rassure en me disant que ce n’est pas dramatique, les bips et l’alerte « APNÉE » sur la machine me rappelle douloureusement la néonat, les peurs, la crainte de rester à l’hôpital alors qu’on nous promettait la sortie etc…

15h20, l’anesthésiste (un interne, bel homme, d’une douceur et d’une gentillesse réconfortantes) me dit qu’il est embêté, qu’on ne peut pas nous laisser sortir de la salle de réveil dans ces conditions, qu’il hésite à faire faire une radio et décide finalement d’appeler l’équipe de kiné en renfort, pour qu’ils manipulent mon bébé et tentent de le dégager afin de l’aider à respirer.

15h30, un kiné et son stagiaire arrivent (on passera au delà du fait que je tombe immédiatement amoureuse du beau et adorable kiné). En quelques minutes, mon petit koala  est de nouveau allongé sur le petit lit et tente de s’échapper à tout prix des mains de celui qui va sans doute l’embêter (les 5 séances précédentes ont du le vacciner). Le prêt du stéthoscope par le gentil kiné et le gant en latex transformé en ballon n’y feront rien, bébé hurle, se débat et n’apprécie pas du tout la séance improvisé.

Malgré cela, une fois l’aspiration des narines et de la bouche réalisée, mon petit koala est métamorphosé. Fini le bébé poupée de chiffon, les râles dans la gorge et la sat dans les chaussettes. Mon bébé s’agrippe aux barreaux du lit, danse, et semble avoir très faim et pressé de quitter les lieux.

L’anesthésiste qui l’oscule à nouveau est scié, le petit koala pète le feu, respire normalement à l’air ambiant et plus rien ne justifie aucune inquiétude. On lui donne le droit de manger (compote pommes/fraises, sa préférée, et petit boudoir) et cela comble de bonheur mon petit gourmand/gourmet.

Ensuite, il faut encore attendre, attendre et attendre…

16h15, on change de salle et on se rapproche de la sortie. On lui reprend sa température, on lui permet de manger un petit yaourt à la vanille.

17 heures, on vérifie le pansement, je change et habille mon bébé, on me remet tout un tas de papiers et on me transmet les consignes de suivi et nous voilà enfin dehors, à attendre notre taxi.

Sur le trajet pour rejoindre la maison de sa grand-mère, mon petit poussin s’endort paisiblement. Le réveil sera un peu difficile mais il a bien mangé et passé une nuit correcte. Ce matin il est en pleine forme, comme si de rien était mon petit warrior…

Quant à mon clown et moi, nous sommes rentrés à la maison à 19h45, fatigués et tristes de ne pas avoir notre petit koala avec nous (il nous faut le préserver des microbes jusqu’à dimanche au moins) mais soulagés que cette journée s’achève enfin. Ce matin, lui était à la crèche, en forme, et moi au boulot, pour annoncer ma démission !

Je propose que les semaines à venir soient un peu plus reposantes…

 

Publicités

54 réflexions sur “Dday, l’opération d’un petit koala

  1. MmeT dit :

    Les larmes me sont montées aux yeux en te lisant…Je crois que j’étais pas prête à revivre tout ça, même par procuration…La sat, les bip, l’O2, la kiné, l’anesthésiste…l’inquiétude. J’ai pensé à vous très fort hier, pour ma première journée de travail, et je suis ravie de voir que finalement tout s’est bien terminé ! Je vous souhaite de reprendre vos marques à 3, très vite !
    Je ne savais pas que tu démissionnais, tu as trouvé autre chose? Des nouveaux projets?

    J'aime

  2. Scrib dit :

    Bien heureuse que tout soit bel et bien fini et très contente pour ta démission. Tu dois être soulagée ! J’espère que tu te trouveras bien dans ton nouveau job 😊

    J'aime

  3. Alisore dit :

    La palme du courage revient à ton petit koala et à sa Maman !💕
    Super pour le boulot, tu disais que ça devenait invivable, c’est génial bravo !🎉
    Et si tu veux des excuses pour revoir le Kiné, on peut t’aider 🙊😅
    Gros gros bisous et repose toi bien !😘

    J'aime

    • Nanou dit :

      Oui ! Petit koala est le plus fort des petits bébés ! D’ailleurs, il a eu le diplome du courage à l’hopital ! Volontiers pour le kiné, mais faudrait déjà que je sache comme il s’appelle !!!!!

      J'aime

  4. Marie-Eve dit :

    Oh ça a été dur dur 😦 quel stress toutes ces alarmes qui bippent.

    Contente que ce soit passé et que Petit Koala aille bien, il ne lui reste plus que le meilleur à vivre maintenant.

    J'aime

    • Nanou dit :

      Les alarmes et les fils de l’hopital, c’est hyper stressant et ça rappelle les douloureux souvenirs de la néonat mais c’est derrière nous et mon petit koala pète le feu ;))

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s