Maman solo – Quand la bienveillance m’échappe…

Maman solo n’est pas, vous vous en serez peut-être douté, toujours hyper simple. Je vous passe la gestion de TOUT au quotidien (et la nuit of course) mais être maman solo ça veut forcément dire qu’on s’occupe du bébé H24.

Et H24, ça implique qu’il faut être disponible pour le lever/le changer/l’habiller/le nourrir/l’amuser/le chérir/l’occuper/le balader/l’amener à la crèche/le ramener de la crèche/lui faire prendre son bain/l’habiller/le changer/faire à manger/lui lire des histoires/préparer ses affaires pour le lendemain/nettoyer la cuisine (le bébé mange seul mais pas tout à fait proprement)/retourner le voir pour ramasser la tétine/le rassurer/le câliner/l’embrasser/se lever la nuit (ouf de moins en moins quand même).

Et tout ça en double.

Et puis il faut aussi s’occuper s’occuper de la maison, le ménage, les courses, les repas, les lessives, le repassage (de plus en plus rare), le pliage, le rangement (encore et encore), la poussière, les papiers, etc, etc.

Et si la semaine les journées commencent tôt et se finissent avant 23 heures, elles sont intenses parce qu’une fois les bébés déposés, il faut aller bosser, être à 100% à se qu’on fait (ou presque), faire des courses le midi pour le repas des bébés, et repartir pas trop tard le soir pour que les bébés ne fassent pas de trop longues journées…

N’allez pas croire une seule seconde que cette nouvelle vie là ne me plait pas. Je ne regrette rien, pas une seule seconde, pas un seul jouet rangé pas un seul body plié, pas une compote préparée, pas un matin tout sourire, pas un livre lu avec 2 poussins sur les genoux, rien.

Mais il faut avouer que cette petite routine, qu’on aime tous les 3 je crois, ce rythme est par moment plus difficile à tenir. Parce qu’il y a un peu de fatigue accumulée (les nuits compliquées ne sont pas si loin et les réveils toujours trop matinaux), parce que le boulot ne se passe pas aussi bien qu’on l’espérait, parce que les bébés ont 19 mois et font savoir qu’ils sont bientôt des deuzans (!), parce que les dîners tournent parfois à la catastrophe sanitaire, parce que les pleurs sont trop intenses, les cris trop forts, les siestes précédées de trop longs fou-rires et surexcitations, que la poussette est lourde, que les voisins sont fous et hurlent chaque nuit.

Bref, parfois c’est difficile et la patience qu’on pensait pourtant acquérir un peu plus chaque jour s’étiole un peu. Et qu’on se retrouve, en fin de journée après un week-end intense à être passablement agacée par deux bébés qui pleurnichent parce qu’ils sont crevés et qu’ils ont chaud mais qu’ils arrivent encore à faire des bêtises aussi grosses qu’eux. Et on se met à crier et à perdre toutes les notions de bienveillance, de douceur et d’amour lues dans les x livres qu’on a à la maison.

Et on s’en veut, toute la soirée, et on en rêve la nuit d’être une harpie hurlante qu’on déteste, en se disant qu’on a fait peur à ses bébés, qu’ils ne nous aimeront plus jamais parce qu’on est une méchante maman et qu’il faut absolument reprendre les choses en main pour que ça n’arrive plus jamais.

Maman solo c’est aussi ça, se poser plein de questions, toujours, se remettre en question, toujours, et ne pas avoir un homme à la maison pour prendre le relais et réconforter une maman triste d’avoir été nulle.

Maman solo c’est un choix pour moi, assumé, parfois difficile mais qui m’apporte aussi et surtout le plus grand bonheur du monde, en double.

Reste juste à travailler sur mon rôle à moi, la façon de le jouer et les trucs et astuces pour réussir à être la maman, non pas parfaite mais qui joue pleinement son rôle sans cris ni menaces…

Et vous quels sont vos remèdes pour ne pas crier/vous fâcher/devenir dingue ?

Belle semaine à tous

Publicités

73 réflexions sur “Maman solo – Quand la bienveillance m’échappe…

  1. Banane dit :

    🙂
    Je suis de tout coeur avec toi. Je ne suis pas maman solo mais je me cherche quand même encore souvent (pourtant l’aîné va avoir 10 ans), et le mois de juin est pénible avec la préparation des vacances, les fêtes (écoles, activités…), les anniversaires, etc… c’est usant. Ca fait quelques semaines que je ne suis pas la maman que je voudrais être pour eux.
    Je n’ai donc pas la solution, je crois juste qu’il faut savoir faire confiance aux uns et aux autres : tu es une bonne maman, ils t’aimeront toute la vie et ils savent déjà passer l’éponge sur tes imperfections de la même manière que tu le fais pour eux. Rajouter la culpabilité à la fatigue n’apporte pas grand chose (sauf la barrière pour ne pas déraper sur le long terme, mais est-ce la culpabilité ou le simple raisonnement qui fera le travail?)
    Bref, désolée, pas d’astuce, mais reste bienveillante avec toi-même, hein?!

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      Héhé, c’est peut être ça la clé, être bienveillance avec soi même pour pouvoir l’être avec ses enfants…
      La fatigue et les nerfs qui lâchent ne sont pas réservés aux mamans solo, c’est évident. Je crois que ce qui manque cruellement quand on est seule, c’est la possibilité de dire au papa « prends le relais » je n’en peux plus. Mais j’ai malgré tout la chance d’être bien entourée, même si ce n’est pas au quotidien.
      Vivement les vacances pour tout le monde alors…

      Aimé par 1 personne

  2. ballerinepma dit :

    Moi qui suis d’une caractère assez intense jai reussi a ne jamais crier Avec mon oursonne , a bientôt 13 mois . En cas de stress qui monte fort chez moi je souffle un grand coup , je parle à serena calmement ( mètre des mots sur les maux m’aide bcp ) quand les Couche s’éternise parfois je l’embrasse la laisse dans slnt lit un minute vais soufflée fort dehors et je reviens bcp plus détendu . En bref j’essaie de ne jamais laisser monter la pression . Mais mon mari ( quand il ne bosse pas ) est mon allié précieux . Lui qui me connais tres impulsive se félicite de ne m’avoir jamais entendu lever la voie sur notre fille . Plein de courage . Je ne sais pas si sans son soutien la nuit et les jours de repos j’arriverais à etre aussi bouddha …

    J'aime

    • Nanou dit :

      Je n’avais jamais élevé la voix avant qu’ils aient 18 moi et demi… Et en ai 2 solo. Je me dis que ce n’est pas si mal. Mais la phase d’opposition (en double) et qui n’en est qu’à ses débuts est un passage a priori assez difficile. Ça n’excuse rien et ne justifie pas les cris mais ça explique parfois cette pression qui monte un peu trop vite et fort…

      Aimé par 1 personne

      • ballerinepma dit :

        Oui cest poir ca que jai précise 13 mois ,.. notre fille est vraiment une petite fille super cool en plus on verra quand les deuzan approcherons … quoi qu’il arrive lui parler calement et lui expliquer les choses nous calme toute les deux ( pour l’instant )

        J'aime

      • Nanou dit :

        En effet, c’est toujours ce qu’il faut faire. Même si parfois quand le bébé pleure ou crie, on a l’impression qu’il n’écoute/n’entend pas…

        J'aime

      • ballerinepma dit :

        C’est exactement ce que j’allais te dire , parfois je dis à serena que je ne sais pas comment j’aurais fais si elle avait un double Sachant qu’elle a passé ses 6 premier mois en koala lol

        J'aime

      • La reine de la PMA dit :

        Euh alors je sais pas les autres, mais ma fille qui est pourtant un génie, n’écoute pas vraiment mes explications et crie assez facilement dès qu’elle est frustrée….
        Je dirais que c’est normal qu’ils n’écoutent pas et que c’est pour ça en partie que c’est si difficile

        Aimé par 1 personne

      • La reine de la PMA dit :

        En vrai je crie quasiment jamais, mais par contre, ça ne me dérange pas du tout qu’elle hurle. J’ai déjà traversé tout le quartier avec mon cochon hurlant sous le bras parce qu’elle ne voulait pas partir du square (et je lui avais pourtant expliqué qu’après un dernier tour de toboggan on allait partir,; mais bizarrement elle s’en balançait le cocotier de mes explications).
        L’homme est plus gêné par les cris et tente de l’apaiser en cédant à son caprice ou en lui donnant la tétine…
        J’ai tendance à croire qu’il vaut mieux ne pas céder et passer par certaines crises pour arriver à un meilleur résultat.

        Aimé par 1 personne

      • Nanou dit :

        Je suis comme l’homme. J’ai beaucoup de mal avec les pleurs et les cris. J’ai le réflexe tétine (pas bien) mais qui fonctionne bien parce que ça réconforte beaucoup le koala quand le clown l’envoie balader (mais elle est attachée). Bref, ça calme tout le monde et ça évite les cris/pleurs. Mais chacun sa méthode et tant mieux

        J'aime

  3. La chanceuse dit :

    A mon humble avis je crois que tu te démènes et que tu fais de ton mieux. Tu ne peux pas rester cool avec tout le boulot que tu dois gérer seule. Donc soit indulgente avec toi même. Évidemment c’est facile à dire. Les livres sur la bienveillance sont des reperes des aides des outils mais on ne peut pas toujours être au top. Tu es parfaite et bien courageuse. Moi la fatigue peut me faire péter les plombs. Pourtant je ne travaille pas et je suis en couple. Bravo à toi!!! 😘

    J'aime

    • Nanou dit :

      C’est gentil. Ceci dit, les bébés s’en tapent que j’ai du boulot à gérer et que je sois seule. Et c’est surtout à travers eux que j’essaie de voir les choses. Mais c’est sur que tout assumer seule n’est pas toujours simple, j’aimerais juste réagir sans cris, ce que je n’arrive pas à faire sur un we intense…

      J'aime

      • La chanceuse dit :

        😃 oui c’est sur que les bébés s’en tapent. Mais je l’explique quand même quand je suis fatiguée ou pas très en forme. Comme toi j’aimerai faire mieux. Parfois ça marche parfois moins. 😘

        J'aime

      • Nanou dit :

        Tout pareil, parfois ça fait mouche parfois pas du tout… Mais je recommence à chaque fois, expliquer, expliquer, expliquer… La

        J'aime

  4. Picou dit :

    Très honnêtement, je n’ai pas de « truc », et je ne suis pas sûre qu’il en faille… Je n’imagine même pas quelle charge ce doit être pour des jumeaux, et seule, mais comme tu dis, des fois on craque, même avec un, c’est normal et je crois qu’il est aussi bon pour nos enfants de savoir qu’on est humaines et pas infaillibles. Tant que tu prends la peine de les rassurer une fois le stress retombé, il ne faut pas t’inquièter je crois. La bienveillance doit commencer par soi-même!

    J'aime

    • Nanou dit :

      C’est ce que je fais après, je leur explique que maman s’est fâchée, et pourquoi etc
      Mais j’aimerais faire la même chose, me fâcher quand c’est nécessaire mais sans crier et sans être « brutale » (pas physiquement hein). Je n’ai pas envie qu’ils pensent que les adultes peuvent/doivent être méchants pour se faire entendre. Mais c’est difficile, je me demande d’ailleurs pourquoi notre réaction primaire est de crier, ça ne sert tellement à rien. Il faudrait que je reprenne le sport pour me défouler…

      J'aime

  5. Biquette dit :

    Je te rassure (ou pas) maman « duo » (on dit comme ça?) et sans voisins directs, la bienveillance m’échappe tout autant 😉
    Force et courage ma belle. Puis de toute façon, dans 12 ans c’est nous qui les réveillerons à pas d’heure, NA! (#RIPBienveillance ;-))
    Gros bisous

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      ❤ ❤
      Je t'ai déjà dit que tu étais ma Biquette préférée toi ?
      Je ne sais pas si on dit maman duo mais oui ça me rassure. Mais je ne t'imagine tellement pas crier !!!!
      (tu crois qu'on les réveillera ou bien qu'on rattrapera toutes nos années de sommeil perdues ;))

      J'aime

      • Biquette dit :

        Tu connais beaucoup de Biquettes? (je cherche à mesurer la force de ton amour :-D)

        Je crois sincèrement qu’on ne peut pas être bienveillant à 100% et qu’il faut choisir ses batailles. Par exemple, quand la petite part en courant sur la route, j’agis, j’élève la voix si nécessaire et puis après quand nous sommes en sécurité j’explique. Quand elle refusait en mode cochon hurlant de mettre son chapeau en vacances malgré nos explications bienveillantes (si si), un petit tour dans le coin a permis de résoudre la situation pour le reste du séjour (et encore maintenant).
        Et même avec le petit, depuis l’opération « commando » (n’appelez pas les services sociaux, il s’agit seulement de diminuer petit à petit les quantités du ou des biberons nocturnes), hors bobos et maladies, il fait ses nuits et nous sommes beaucoup plus en forme pour passer des journées calmes et bienveillantes.

        Si la bienveillance c’est ne pas punir et ne jamais élever la voix, alors je ne suis pas bienveillante (et je n’y crois pas).

        Paraît qu’on a besoin de moins de sommeil en vieillissant. Dans le genre nature mal faite, on en tient une bonne là!

        Aimé par 1 personne

      • Nanou dit :

        Je ne connais que toi et bannirais toutes les autres 🙂 Mais tu pars déjà avec un grand atout de par ta nationalité que j’affectionne beaucoup 🙂

        Je suis entièrement d’accord avec toi pour le reste. Être ferme, hausser le ton pour les directives importantes, engendrant un danger potentiel, ça me semble évident. Je fais la même chose pour les prises électriques, ne pas s’enfuir au parc ou jouer les kakous dans l’escalier.

        Je crois plutôt (enfin c’est ce que j’ai compris) que la bienveillance c’est dire les choses sans se fâcher ni crier et surtout respecter les enfants. Ne pas dire « tu es nul » parce qu’il fait une bêtise, etc. J’aime bien ce mini guide (très résumé du coup) https://www.pommedapi.com/parents/education-bienveillante/education-bienveillante-petit-guide-a-lusage-parents, il y a quelques valeurs importantes je trouve.

        Tant mieux pour le sommeil, mais vu que j’en avais déjà besoin de peu, à 90 ans, je ne dormirai plus du tout (ou bien je serai mourru – de fatigue !!!!)

        Aimé par 1 personne

  6. La reine de la PMA dit :

    Comme tu le sais, je ne suis pas spécialement bienveillante et je trouves que même si ça sert pas à grand chose, ben la punition du type « le coin » permet de décompresser pour le parent. Même si l’enfant hurle 5 minutes, ben il est puni, donc c’est normal et après on fait un gros calin.
    Mais c’est épuisant les deuzans, je comprends que ça te fasse beaucoup, tu es déjà mon idole d’assurer autant toute seule !

    J'aime

    • Nanou dit :

      Être l’idole d’une Reine, arrête tu vas me donner des ailes ! En vrai le coin je n’ai jamais fait et ne suis pas « pour » dans l’absolu. Mais je n’ai pas eu l’occasion d’en avoir besoin et ai « isolé » un peu brailloux pour qu’il se calme (et ça marche plus ou moins parce que son frère va le chercher la chipie). C’est drôle, tu savais avoir d’avoir un enfant que ça existait ces « deuzans » ?! Moi pas du tout ! Et quand je pense à tout ce qu’il nous reste à découvrir ;))

      J'aime

      • Nanou dit :

        Oui voilà, pareil, une phase du non…
        Bon, il y a aussi de (très) fréquents et bons moments. C’est tout le paradoxe d’ailleurs, ils apprennent tellement et le dialogue s’installe doucement, tout comme l’autonomie et on rie vraiment à 3 mais le revers de la médaille est parfois un peu dur. Je crois aussi que de ne plus faire bloc avec eux, juste pour des câlins et des jeux est un passage difficile, ils m’échappent un peu, et la gestion du tout (pour moi) un peu aussi…

        J'aime

  7. maxelie dit :

    Je n’ai pas trouvé mieux que de m’arrêter et souffler…. Ca ne fonctionne pas à tout les coup, je « dérape » souvent dans les cris dès que je suis trop fatiguée ou stressée… Mais chaque fois où j’arrive à prendre du recul me motive et j’espère qu’un jour il n’y aura plus aucun loupé! (quand ils auront quitté la maison par exemple! lol)

    J'aime

    • Nanou dit :

      Tout pareil, jusqu’à présent j’avais des ressources et ne me sentais pas sur le fil et fatiguée. Mais là, sans qu’il y ait une raison en particulier, je sature donc je craque facilement. Et je sais que dans quelques jours, la même situation me fera rire/réagir sans cris voire même me rendra indifférente… Nous sommes plusieurs dans nos corps de maman !

      J'aime

  8. fivplus4 dit :

    Ton témoignage illustre parfaitement une des raisons pour lesquelles l’appellation éducation « bienveillante » m’agace: elle fait culpabiliser des parents qui font du mieux qu’ils peuvent. Quand je vois combien ça peut être difficile avec un seul enfant en bonne santé et un conjoint qui peut prendre le relai en cas de craquage, c’est pas étonnant que tu perdes parfois patience. Il faut vraiment que tu sois indulgente avec toi car en plus de la fatigue, la culpabilité ça peut bien plomber.
    Sinon je rejoins les quelques avis déjà donnés plus haut: ici ce qui marche le mieux c’est parfois de laisser crier et d’aller souffler ne serait-ce que quelques minutes tout en s’occupant pour se défouler (moi par exemple je lance une machine et range la cuisine, ça me détourne l’esprit des pleurs).
    Je t’envoie plein de câlins électroniques. Courage!😘😘

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      Je comprends ce que tu veux dire. Mais je te rassure, j’aurais culpabiliser dans tous les cas. Le fait de crier, en couple comme en famille est qqch qui me déplait, je trouve ça souvent inutile voire contreproductif. Le terme bienveillant est un peu galvaudé mais il permet de comprendre qu’on fait ce qu’on estime bon pour nos enfants. Et pour moi, crier n’est pas bon, ni sur un adulte, ni sur un enfant, encore moins bien sûr. D’où la culpabilité (mais ouf, ça m’est arrivé 3 fois, bon en 2 semaines certes mais jamais auparavant).
      Pour m’occuper je suis en revanche comme toi, je range, je nettoie, je plie du linge et ça marche. Et la musique a aussi un effet apaisant, l’un de mes petits poussins a tendance à danser dès qu’il entend le moindre rythme (même les livres musicaux) donc ça détend tout le monde. Reste à trouver chaque fois la ressource immédiate pour ne pas fulminer/craquer/crier….
      Merci pour le soutien et les câlins 🙂

      Aimé par 2 people

      • fivplus4 dit :

        Oui je suis comme toi, je trouve que crier n’est pas une forme de communication à adopter au quotidien. Pour autant craquer ponctuellement parce qu’on est crevé/excéder/désespéré n’a rien de malveillant, c’est juste humain! C’est aussi une façon de dire à l’autre qu’une limite a été atteinte. Je trouve qu’en ce moment on nous culpabilise énormément en nous faisant croire que le moindre écart aura des conséquences cataclysmiques alors que nos enfants ne grandiront pas dans un monde parfait les épargnant de toute frustration/contrariété/antagonisme. Et je trouve que ces histoires d’éducation « bienveillante » (désolée ce terme me hérisse!) y participent.

        Aimé par 2 people

  9. marredattendre dit :

    Tu es humaine et donc fatiguée, excédée parfois : c’est normal. Et essayer d’être toujours parfaite, ce n’est pas possible – ni très formateur pour tes enfants, qui doivent apprendre que l’autre existe et n’est pas toujours souriant ni disponible. L’autorité, cela se travaille, et on apprend par essais et erreurs, d’autant qu’à chaque âge ses nouveaux défis et ses nouvelles exigences. Si mon enfant de 2 ans 1/2 s’entête et se mure dans le non, les cris, répète une bêtise avec provocation, j’essaie de ne pas crier mais je lui fais savoir fermement que son comportement ne me plaît pas et je coupe la relation ou je confisque l’objet de la bêtise. Couper la relation, c’est par exemple isoler son enfant (au coin pour 2-3 min à 2,5 ans, dans sa chambre en cas de grosse crise). Je lève l’isolement en redonnant l’explication (que l’enfant est plus à même de comprendre à préSent qu’il est calme). Il ne faut pas tergiverser ni attendre que les situations dégénèrent : le mieux est de prévenir les risques de crise en intervenant dès que le potentiel de la crise se dessine. C’est pas facile mais il faut garder le cap !

    J'aime

    • Nanou dit :

      Voilà, excédée parfois, et je déteste être comme ça…
      Je ne m’inquiète pas quant à mon imperfection en revanche 🙂
      Mais tu as raison, apprendre à ses enfants qu’on peut aussi être moins bien, fatigué, énervé, c’est apprendre les vrais sentiments. C’est la façon de faire qu’il faut que je peaufine… J’explique aussi beaucoup mais ai tendance (d’après ce que je lis) à trop interdire en disant plutôt « ne crie pas » que « parle doucement » et donc à être dans la négative, pour eux et pour moi. Je vais travailler sur le sujet. Ceci étant c’est vrai aussi qu’une crise de larmes incroyable parce qu’on enlève un biberon d’eau à un deuzans qui a déjà bu des litres, ce n’est pas toujours compréhensible…

      J'aime

  10. Carotte dit :

    Je ne suis pas maman solo Mais que je me retrouve dans tes doutes, dans tes peurs, dans tes moments de desarroi. Et cette fameuse patience qui s’effrite, poilue finalement éclater que cest culpabilisant… j’ai la chance d’avoir un garage, quand c’est trop je vais y crier. Fort au point que j’en ai mal au ventre. Mais gérer deux bebes cest tres dur… je pense souvent à toi tu sais et je t’admire a un point, tu n’as pas idée….

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      Eh eh, je n’ai pas de garage, c’est sans doute ça !
      Blague à part, quand les miens se réveillaient 1000 fois la nuit, je m’enfouissais la tête dans l’oreiller pour pleurer tellement je saturais…
      2 bébés c’est difficile c’est vrai, être maman c’est à la fois le plus beau et le plus difficile métier du monde n’est ce pas…

      J'aime

      • Carotte dit :

        Je ne peux que comprendre, nous ne dormons plus depuis des mois… et c’est clairement de la torture… la fatigue n’efface pas le bonheur Mais « empêche » de le vivre pleinement…
        😘

        Aimé par 1 personne

      • Nanou dit :

        Il faut essayer de faire abstraction pour essayer justement de le vivre pleinement mais clairement la fatigue est vraiment difficile à supporter au quotidien. Tu reprends le boulot bientôt ? Ils seront en crèche après ?

        J'aime

      • Carotte dit :

        Franchement en dormant à peine deux heures par nuit depuis maintenant 7 mois, il est très difficile pour moi de faire abstraction…
        Je ne sais pas quand je reprends, janvier certainement, dans ces conditions je suis clairement incapable de bosser (mon homme a des soucis à cause de la fatigue, il est mis à pied et convoqué par sa rh…)
        je n’ai trouvé une place en halte garderie qu’à mi temps donc de toute façon je ne reprendrai pas à plein temps (pour les voir grandir cest un luxe même si financièrement ça sera très chaud… ❤️

        J'aime

  11. damelapin dit :

    Je pense qu’on vit toutes ces moments là. Je peux pas te donner mon conseil car perso quand je suis à bout, je laisse l’homme gérer et je pars faire retomber la pression. Ils ont le don de nous rendre chèvre d’amour mais aussi tout court 😉

    J'aime

  12. lea7729 dit :

    Je pense à toi parfois….je me plains souvent, chez moi je pense que la répartition n’est pas du tout équitable mais je peux quand même passer le relais (de temps en temps….. 😉 ) …tu as vraiment beaucoup de mérite….perso je ne suis pas toujours la maman que je voudrais être…parfois je craque, je crie, je culpabilise et j’essaie de faire mieux la fois d’après, je crois que c’est inévitable, on est toute comme ça…..bisous !

    J'aime

    • Nanou dit :

      C’est souvent peu équitable hélas. L’avantage est en effet de pouvoir passer le relais, ça fait du bien (sans doute). Quand ça arrive avec ma mère par exemple, je me sens déchargée d’un coup, elle s’occupe du bébé qui pleure et moi je peux profiter de l’autre sans culpabiliser.
      Mais je suis rassurée de lire qu’on est nombreuses à être comme toi, comme moi…

      Aimé par 1 personne

  13. Maman-Tout-Terrain dit :

    Il n’y a pas de recette pour etre patient, mais je trouve qu’on le devient avec le temps. On devient un peu plus bienveillant chaque jour, en y pensant et en s’entrainant.
    Cela dit, j’imagine bien la difficulte que cela peut representer d’etre Maman solo, parce que quand c’est au dessus de mes forces, je peux passer la main, parfois, mais pas toi. En meme temps, ne culpabilise pas de t’etre fachee ou d’avoir crie, parfois. C’est aussi ca la vraie vie, et n’importe qui s’emporterait plus vite que toi, face a une grosse betise de tes jumeaux. Ils l’apprendront petit a petit, au fur et a mesure qu’ils decouvriront la vie en societe 🙂
    Malgre les difficultes, tu as l’air d’etre vraiment un super Maman. Pour les questions que tu te poses. Et surtout, pour le plaisir evident que tu as a etre avec tes enfants.
    Une belle journee!

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      Merci beaucoup de ton message, ça me touche beaucoup. Une chose est certaine, je n’ai pas fait tout ce chemin pour regretter ou ne pas assumer, même si c’est dur parfois, ces 2 petits bonhommes sont ce que j’ai de plus beau et mon plus grand bonheur. Je suis assez d’accord, la bienveillance s’apprend et s’entretient chaque jour…

      Aimé par 1 personne

  14. galoute45 dit :

    J avoue que parfois après une longue journée de travail, c est dur de supporter les pleurs ou les cris. Je suis comme toi j y travaille chaque jour. C est vrai qu’ en étant accompagnée de papa c est parfois plus simple de souffler et le laisser gérer 10minutes a ma place. Je me remets en question chaque jour. Je vois bien qu’ entre Noah lorsque j avais 22/25ans et Gabin que j ai eu à la trentaine les choses sont différentes. On mûrit… j ai appris à être patiente et c est aussi grâce à mon métier et les différentes formations sur l empathie etc…que j avance aussi dans ce sens a la maison. Mes trucs a moi? Je prend du recul dès que je sens que ça monte je réagis pas au quart de tour. J arrive à me mettre à sa hauteur et à lui parler sans crier…en général il baisse aussi le volume ou arrete sa crise ça le calme…et je lui dis de m écouter. Il me fixe et boit mes paroles…les jours ou il n y a rien à en tirer…je lui explique doucement même dans les cris (car il entend tres bien quand meme) que je suis pas contente et qu il va aller au coin se calmer car là il embête tout le monde…c est dur de garder son calme, c est un travail de tous les jours. J y arrive mieux avec le deuxième… l age de raison, l expérience, le boulot… mais y a des jours ou je deviens hystérique et ou tout est a refaire…et comme toi je me déteste aussitôt! Heureusement ces moments deviennent rares. En tout cas c est humain et ça ne fait pas de toi une mauvaise mère. 😉

    J'aime

    • Nanou dit :

      Ah ben voilà, c’est plus facile avec le 2ème et moi j’ai fait les 2 d’un coup, j’ai tout fait de travers ;))
      Je fais comme toi, me mettre à sa hauteur, toujours, lui parler calmement, lui tenir les mains, lui expliquer, toujours mais c’est vrai que parfois mes paroles s’envolent 😦
      Je crois que j’aimerais être cette maman des bouquins qui ne devient jamais hystérique, mais/et je commence doucement à apprendre que ça n’existe pas (ou presque)
      Merci pour ton retour, c’est toujours tellement intéressant de savoir comment ça se passe (en vrai) chez les autres, et pas que comme sur les jolies photos IG…

      Aimé par 1 personne

  15. ptbichon dit :

    Tu as crié seulement 3 fois avec des jumeaux! Chapeau.

    Je pense pas être une mère « bienveillante ». J’explique souvent à Arthur pourquoi j’ai moins de patience aujourd’hui mais pour autant je sais que certains jours je n’arrive pas à respecter mes « principes ».

    Je suis pas quelqu’un qui crie beaucoup à la base mais ça m’est arrivé quelques fois avec Arthur, dans les jours où la fatigue est trop importante.

    Comme ont dit certaines je pense que nos enfants ont aussi besoin d’être confronté à toutes sortes de sentiments, même si sur le moment c’est pas confortable pour eux. Malheureusement notre mode n’est pas un monde de Bisounours.

    Rappelle toi que tu es dans tous les cas notre héroïne à nous les jours où tu as un peu plus de difficultés et ça te reboostera 😋

    Aimé par 1 personne

    • Nanou dit :

      Crié hystérique oui. Mais je te rassure, il y a un nombre de fois incalculable où j’ai dit non et de situations où je me suis fâchée.

      Ma Petite Ptibichon qui crie, je n’imagine tellement pas. Comme quoi, ces petits asticots qu’on a mis dans de temps à avoir et qu’on aime plus que tout au monde, pour lesquels on soulèverait des montagnes, sont capables de nous rendre totalement chèvre et nous faire sortir de nos gongs.

      J'aime

  16. Kaymet dit :

    Clairement dans ta situation de maman solo de jumeau, ça doit être extrêmement compliqué à gérer, et n’importe qui « déraperait » régulièrement vers les cris, alors si tu as réussi à tenir aussi longtemps sans jamais crier, chapeau!
    Chaque enfant est différent – et en plus quand tu en as deux qui ont chacun leur caractère, c’est encore une autre paire de manches… chez nous la puce n’a pas vraiment fait de crise de « deuzans », mais on se dit ces jours-ci qu’elle s’est « enfin » décidée à la faire, à 3,5 ans (en ce moment c’est non à tout, ce qui n’est pas dans ses habitudes, et on a l’impression d’avoir une petite ado à la maison), sauf qu’à son âge on peut avoir de vraies discussions, ça facilite grandement (et puis bien sûr, elle est seule et nous sommes deux, ce qui facilite encore des dizaines de fois plus…).
    Sinon en général il m’arrive aussi parfois de crier, surtout quand je suis fatiguée; maintenant quand je sens que je risque de m’énerver, je lui dis le plus calmement possible que là je ne suis pas contente/qu’il faut qu’elle se calme etc et je quitte la pièce et vais m’occuper ailleurs pendant quelques minutes. Hier elle hurlait parce qu’elle voulait absolument regarder un dessin animé et qu’on avait dit non, son papa s’énervait (il ne supporte pas les cris), et j’ai réussi à dire suffisamment fermement (mais calmement) que soit elle se calmait, soit elle continuait à pleurer/crier mais dans sa chambre, et elle s’est calmée de suite – mais cf. ci-dessus (âge différent etc). Un peu plus tard (après avoir aussi pleuré parce qu’elle aurait voulu aller manger des sushi au restau… voilà voilà…), elle est venue me dire qu’elle était triste et déçue parce qu’elle aurait voulu aller au restaurant, mais elle m’a dit tout ça calmement, j’ai trouvé ça chouette.
    Pour finir mon roman, je pense à un truc, mais je ne sais pas si ça te semble réaliste (ou trop perché…): quand tu sens que ça dégénère, essaie de fermer les yeux et de visualiser la situation dans ta tête comme si tu regardais toi et tes petits en observateur extérieur, et essaie de te donner un conseil (‘bienveillant’ 😉 ) comme si tu étais une amie à toi, qui te veut du bien; et puis essaie de prendre du recul pour distinguer ce qui est le plus important dans ce moment-là précis de ce qui peut attendre ou est secondaire.
    Courage! ❤
    PS: hier j'ai fait ta charlotte aux fruits rouges, top!!!

    Aimé par 3 people

    • Nanou dit :

      Ce n’est pas toujours compliqué et il y a plein de merveilleux moments (les câlins à 3, j’en étouffe d’amour tellement c’est bon). J’adore ta fille avec les sushis, c’est drôle (moins en vrai j’en doute pas hein). Les miens jettent beaucoup les choses en ce moment, la bouffe, les jouets, l’eau dans le bain, c’est parfois drôle, parfois pénible…
      Je vois ce que tu veux dire par ton conseil, c’est ce que je fais en général mais n’arrive pas à faire quand ça monte trop, et je n’ai pas encore le réflexe de m’extraire de la crise pour souffler un peu, du coup j’ai l’impression de tout prendre de front et d’être mauvaise… Il me manque ce recul nécessaire, c’est là-dessus (et un tas d’autres choses) qu’il faut que je travaille…
      Suis trop fière que tu aies fait la charlotte, ça doit être bien en pleine chaleur comme ça, ça me donne envie d’en refaire tiens !

      Aimé par 1 personne

      • Kaymet dit :

        C’est déjà super bien que tu réussisses à avoir suffisamment de recul pour arriver à te poser ces questions (parce que j’imagine bien qu’avec l’accumulation de fatigue, de stress et tout et tout, prendre du recul ça doit être chaud), et c’est déjà une super étape – le reste, tu le construit petit à petit, d’autant plus que les petits évoluent à vitesse grand V, et qu’il faut constamment s’adapter à cette évolution, ce qui est à la fois génial, et qui à la fois ne facilite pas les choses… la bonne nouvelle, c’est que plus tu arriveras à prendre ce recul qui te permet de t’extraire de la crise et de souffler un peu, plus ça te facilitera la vie non seulement sur le moment mais en général, parce que tes petits vont aussi apprendre à gérer leurs émotions grâce à ton attitude. Mais tout ça tu le sais et tu l’expérimentes déjà dans plein de situations. 🙂

        Aimé par 1 personne

      • Nanou dit :

        Oui, c’est sans doute déjà un bon point mais ça ne fait pas tout, le plus gros du travail reste à faire…
        Je crois que l’adaptation à leur évolution constante est en effet un sacré défi car ces petits trucs là sont en perpétuelle évolution !!

        Aimé par 1 personne

  17. Féli dit :

    Maman non solo de jumeaux de presque 10 ans, je me pose toujours les mêmes questions que toi: combien de fois le soir, quand je suis fatiguée/énervée par ma journée, je me laisse emporter par la colère devant les bêtises, les cris, les disputes.. Ensuite je m’en veux, j’essaye de faire mieux, mais ce n’est pas toujours facile.
    Par contre j’essaye au maximum de m’excuser auprès d’eux quand je me suis énervée, pour qu’ils sachent que même si ils sont pénibles, je n’ai pas à leur faire payer tout le stress de mes journées…
    Tu fais de ton mieux pour eux, ils le savent, le principal c’est l’amour que tu leur donnes!

    J'aime

    • Nanou dit :

      Tu m’intéresses ! Maman solo depuis toujours ? Ou suite à une séparation (tu n’es pas obligée de me répondre si tu juges cela trop perso).
      Par contre, ils se disputent encore à 10 ans !? Ca ne s’arrête donc jamais 🙂
      Moi aussi je m’excuse à chaque fois en disant que je suis fatiguée, que maman s’est fâchée parce que…
      Quant à l’amour, ils n’en manquent pas, au moins ça j’en suis sûre

      J'aime

  18. bienamicalementvotre dit :

    malheureusement il n’y a pas de secret et pour peu qu’ils passent une mauvaise nuit…tu seras encore plus fatigué et pour un rien tu peux t’énerver…pas vraiment de solution, a part celle de s’armer de patience et de prendre de temps en temps une nounou pour pouvoir se relaxer. Etant seule cela doit être super dur!!! il faut être tres forte et j’ai bien l’impression que tu l’es.

    petite pensée positive: si tu t’en veux d’avoir crié, pense qu’ils ne s’en souviendront pas…. ils sont trop petits … 🙂

    J'aime

  19. mishqui dit :

    Comme c’est normal que tu perdes patience par moment!!
    A moi aussi, ça m’arrive, surtout dans les périodes où le sommeil est rare.. Et moi aussi je m’en veux.
    Tu es une maman incroyable et tes garçons ont énormément de chance de t’avoir, je suis sûre qu’ils le savent.

    Aimé par 1 personne

  20. singa73 dit :

    Moi je viens de découvrir la méthode des trois « R »: respire, recule, réagis. C’est simple mais ça semble assez bien marcher pour moi et depuis que j’essaie de m’y tenir je crie beaucoup moins.
    Cela ne m’empêche pas de faire des grimaces et moues d’énervement ni même de serrer les dents devant eux (mon petit gars m’imite aussi des fois et je me dis que ça craint vraiment) mais c’est toujours mieux que les cris! Et oui, comme Mishqui le dit si bien; ils ont de la chance de t’avoir alors sois douce avec toi-même.

    J'aime

  21. 3 enfants en 3ans dit :

    Ai remarqué que si j’arrive à être reposée, tout roule. Si je suis fatiguée, c’est l’horreur.
    Ma seule idée pour toi est : prends soin de toi, bichonne toi avec autant de soin que tu bichonnes tes crapules. essaie de te ménager, de te reposer. Parce que c’est vraiment ce qui t’aidera a garder patience.
    Ils sont a un âge amusant par certains cotés mais usant par d’autres : la découverte du « moi » et de la capacité de manifester SA volonté….
    Tu peux le faire et tu vas y arriver…. de toute les manières, quelque part, comme tout parent, tu n’as pas le choix.
    Je t’envoie toutes les ondes de patience reposée que je peux 🙂

    J'aime

    • Nanou dit :

      Exactement. Le week-end dernier, tout m’échappait, depuis le début de la semaine, tout roule et on ne vit que des bons moments (sauf la nuit où on dort peu/pas mais c’est un détail).
      Carpe diem et toujours se rappeler les doux moments pour supporter les plus difficiles

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s